09/05/2014

La fatigue émotionnelle et physique des mères (recommandé par LLL)

Pour ma seconde lecture recommandée par l'association, oulààà, c'est tsunami pour moi!  

Ce livre, écrit en 2004, décrit parfaitement par quel état de fatigue une maman (qui travaille à l'extérieur ou reste à la maison) peut passer.  Certaines mamans font même un burn-out maternel tant il est difficile de gérer les responsabilités, le stress, le partage des tâches, l'absence de reconnaissance etc...

L'auteur y décrit les causes du burn-out mais aussi les pistes à explorer pour ne pas y sombrer ou en sortir.

 

 

14-04-18_1060.JPG

 

 

Voici quelques passages qui m'ont beaucoup plu:

 

On pourrait se demander pourquoi la maternité - après tout le plus naturel des états - peut être aussi éprouvante.  On remarque que pendant des centaines de milliers d'années, les femmes ont élevé leurs enfants au milieu d'une communauté de soeurs, tantes, grand-mères et grandes filles; et qu'à l'échelle de l'histoire de l'humanité, la famille nucléaire (des parents seuls face à leurs enfants) est une nouveauté.

 

Tu veux une médaille?

"Je m'efforce d'être une bonne mère, une bonne épouse et une bonne maîtresse de maison.  J'ai pourtant de plus en plus l'impression de ne rien valoir du tout.  Quand j'étais assistante de direction, je travaillais dur, mais j'étais toujours récompensée par des augmentations de salaire et par la gratitude de mes patrons.  Mais maintenant que je suis à la maison avec mes enfants, je n'ai plus rien de tout cela.  Le fait d'être une bonne mère qui s'occupe de sa famille, de ses enfants et de sa maison est considéré comme parfaitement normal par mes proches.  Même quand j'essaie de ne pas sombrer dans la routine en préparant un bon dîner ou en faisant quelque chose d'original, on ne le remarque même pas."

 

Stop à la solitude

Un grand nombre d'autres femmes, un peu partout dans le monde, partagent le même vécu quand au quotidien avec les enfants (émotions, frustrations, angoisses).  Les mères n'échangent malheureusement pas assez sur ce ressenti par crainte d'être mal considérée.

 

Apprécier les petits bonheurs

N'oublions à aucun moment cet émerveillement qui fut le nôtre la première fois que nous avons tenu notre enfant dans nos bras, et tous ces rêves qui les concernent et que nous abritons tout au fond de nous.  L'instant présent peut être dur, mais il ne fait que passer, tout comme nos enfants qui seront grands et partis bien avant que nous nous en rendions compte.  Il est vrai que les années passent vite, mais certains jours semblent durer une éternité quand le stress est à son comble.

 

Commentaires

Très pertinent ! De plus un "ratage" incombe le plus souvent à la mère. Le rôle de mère "solitaire" en terme d'éducateur attitré est très lourd à porter, d'autant plus lorsque l'enfant nait handicapé...

Écrit par : Zosio | 13/05/2014

Les commentaires sont fermés.