11/08/2014

Le fermier et l'accoucheur

Voici un livre de Michel Odent, écrit en 2002, qui n'est plus édité et quasiment introuvable (merci internet et les ventes d'occasion!).

 

Au cours du XXème siècle, l'industrialisation de l'agriculture (insecticides, farines animales, etc...) et celle de la naissance (césarienne, services d'obstétriques, etc...) se sont développés parallèlement.

 

Au début du XXIème siècle sont apparues des catastrophes agricoles (vache folle, fièvre aphteuse, etc...) et une soudaine prise de conscience collective et mondiale.

 

L'histoire de la naissance, en revanche, n'a pas encore franchi les mêmes étapes.  A quelles sortes de catastrophes devons-nous nous attendre?  C'est ce à quoi Michel Odent tente de répondre.

 

Le fermier et l'accoucheur.JPG

 

Quelques passages qui m'ont plu:

 

Le respect de la physiologie implique que la mère, immédiatement après la naissance, n'ait rien d'autre à faire que de sentir le contact avec la peau de son bébé, que de croiser son regard et de sentir son odeur.

 

A l'ère de la naissance industrialisée, la mère n'a rien à faire.  Elle est une "patiente".

 

La femme qui accouche a besoin de se sentir en sécurité.  Partout dans le monde, les femmes ont souvent eu tendance à accoucher près de leur mère ou grand-mère.

 

 

Les commentaires sont fermés.