05/12/2014

Partager le sommeil de son enfant

Quinzième lecture suggérée par LLL

 

Toujours ces chouettes petits bouquins!  Celui-ci traite du sommeil.  Pourquoi le cododo est-il mal perçu chez nous?  Quels en sont les avantages pour l'enfant?  Et pour les parents?  Cela finira-t-il un jour? Etc...  Ce livre contient beaucoup de témoignages de parents, ainsi que les précautions à prendre.

 

14-11-10_1621.JPG

 

Quelques passages qui m'ont interpellée:

 

Chez nous, la question à laquelle les nouveaux parents doivent répondre le plus souvent au cours des premiers mois est sans nul doute: "Est-ce qu'il fait ses nuits?", sous-entendu: "Est-ce qu'il dort toute la nuit sans vous réveiller?"  Si la réponse est non, on pense immanquablement que les parents sont nuls et ne savent pas y faire ou qu'ils sont laxistes et se préparent des lendemains difficiles, ou encore que l'enfant a un problème et les parents sont bien à plaindre.

 

Qu'est-ce qu'on apprend à un bébé qu'on laisse pleurer seul la nuit pour qu'il apprenne à "faire ses nuits"?  On lui apprend à se taire, on lui apprend à se résigner, à ne pas faire confiance à l'adulte pour répondre à ses besoins.

 

 

28/11/2014

Pour une naissance à visage humain

Quatorzième lecture conseillée par LLL.

 

Ces petits manuels succins sont très bien faits.  J'aime beaucoup: peu de pages, directs, faits concrets et une bibliothèque ressource à la fin qui permet d'aller plus loin si on le souhaite.  On trouve également à la fin de l'ouvrage une "liste de questions à poser" afin de s'assurer que l'accouchement se déroulera (si tout se passe bien) comme on l'a souhaité.

 

Ce livre traite de la naissance sous 2 points de vue: le premier qui voit la grossesse et l'accouchement comme des situations à risque; et le second qui y voit un processus physiologique qui, sauf exception, se déroule naturellement et avec peu d'intervention extérieure.

 

14-11-10_1622.JPG

 

Quelques passages qui m'ont plu:

Note de l'auteur: "Je ne prétends pas, en moins de cent pages, aborder tous les aspects de la question en détail.  Mais j'espère en dire assez pour éveiller la curiosité et donner envie de s'informer davantage."

 

L'induction de l'accouchement, via la perfusion d'ocytocine, provoque très brutalement des contractions fortes, très rapprochées et douloureuses, qui vont pousser la femme à réclamer la péridurale.

 

La positon couchée sur le dos, les jambes relevées, pieds dans les étriers, est sûrement la plus mauvaise, la plus anti-physiologique qui soit.  Historiquement, elle a été imposée par les médecins auxquels elle offrait le meilleur confort pour surveiller et intervenir.

 

L'aspiration gastrique, un geste quasiment systématique dans les maternités françaises et dont bien peu de parents sont au courant.  Il s'agit d'introduire une sonde dans l’œsophage, et très souvent jusqu'à l'estomac, ce qui est une façon plutôt violente d'accueillir le nouveau-né: la première chose que l'on fait passer dans ses voies digestives, ce n'est pas le lait de sa mère, mais un tuyau en caoutchouc!

 

14/11/2014

Le bébé difficile

Douzième lecture suggérée par LLL.

 

Ce livre, écrit par un pédiatre américain, père de plusieurs bébés aux besoins intenses (BABI), explique comment déceler les BABI et comment aborder ces enfants qui nécessitent une dose supplémentaire d'empathie et de patience.

 

Le bébé difficile.JPG

 

 

Quelques passages qui m'ont interpellée:

 

Le bébé souffrant de coliques doit être considéré comme une personne à réconforter, et non comme une maladie à traiter.

La mère ayant un bébé aux besoins intenses peut considérer les trois premiers mois après la naissance comme le quatrième trimestre de la grossesse.

"J'ai l'impression que même après l'accouchement, mon travail n'a vraiment jamais cessé et que je suis encore enceinte, mais d'un enfant de deux ans.  Ma vie est un cercle dont elle est le centre.  J'aurais besoin d'un carré dans lequel je pourrais inscrire ce cercle, cela me laisserait quelques coins à moi."

10/11/2014

Mon enfant ne mange pas

Treizième lecture conseillée par LLL

 

Un chouette bouquin écrit par un pédiatre espagnol avec beaucoup d'humour: Carlos Gonzalez.  Il démystifie pas mal le rapport que nous avons à la nourriture, surtout en ce qui concerne l'enfant.  Pourquoi ne mange-t-il pas?  De quelle quantité a-t-il besoin?  Pourquoi ne veut-il pas manger de légumes? Il ne suit pas les courbes, etc...

 

Mon enfant ne mange pas.JPG

 

Le livre tout entier est très intéressant, je n'ai qu'un retenu qu'un seul passage, qui définit bien l'esprit du livre:

 

L'idée qui consiste à ne pas obliger l'enfant à manger, laquelle constitue l'énoncé central de ce livre, ne devrait pas être considéré comme une "méthode pour ouvrir l'appétit", mais plutôt comme une manifestation de notre amour et de notre respect pour notre enfant.  Si vous cessez de l'obliger, votre enfant ne mangera ni plus ni moins qu'avant, mais les souffrances et les batailles qui accompagnaient tous les repas jusqu'à maintenant disparaîtront.

03/11/2014

Bien naître

Onzième lecture proposée par LLL.

 

Il s'agit d'un livre de Michel Odent, vrai "révolutionnaire" quant à l'accouchement non ou peu médicalisé.  Ce livre relate comment il est possible d'avoir une "naissance sans violence" dans un hôpital public.  Mettre en pratique la naissance sans violence, ce n'est pas seulement installer un certain "climat" en salle de travail, c'est aussi instaurer une véritable préparation à la naissance.  C'est remettre la mère, le père et le nouveau-né au centre du projet d'accouchement.

 

 

 

Quelques passages qui m'ont plu:

 

Dans les cas d'accouchements les plus habituels, le technicien est masqué, casqué, botté, ganté, préside la fin de la période d'expulsion, se place devant la parturiente, couchée à bonne distance du sol, dégage la tête du nouveau-né, au besoin après une épisiotomie, observe le périnée grâce à un bon éclairage puis dégage les épaules.  Dès la naissance, le sexe est annoncé, la cavité buccale et les narines aspirées.  Rapidement le cordon est coupé et le nouveau-né est allongé en position dorsale sur le plateau d'une table de réanimation.  Un collyre antiseptique est instillé dans les paupières.    

 

L'homme adulte moyen d'une civilisation avancée a, dans une grande mesure perdu ce mode le mode de connaissance que l'on retrouve chez l'animal, chez l'enfant, chez le rêveur, chez l'homme primitif.  La femme, par contre, possède encore un pouvoir de connaissance qui repose sur son instinct maternel, et ce pouvoir n'existe chez l'homme, et en particulier chez l'homme civilisé, qu'à l'état tout à fait rudimentaire.

 

Le comportement maternel se transmet de mère en fille, de façon congénitale, non chromosomique; le comportement maternel se transmet de génération en génération.  Lorsque le comportement maternel est perturbé, les séquelles ne peuvent être effacées et les traumatismes se transmettent également de mère en fille.

 

La préparation à l'accouchement est devenue une préparation à la naissance, une préparation de tous les adultes à la naissance: ce n'est pas l'enfant qu'il faut préparer.  C'est nous.

 

La préparation à la naissance nous apparaît aujourd'hui comme la meilleure des préparations à l'accouchement.  Nous rejoignons là les réflexions illichiennes sur la transformation de l’expérience de la douleur par la civilisation industrielle, sur la gestion technique de la douleur: dans le mesure où l'on redonne une signification à la douleur, le seuil de tolérance s'élève.  C'est en ce sens que la préparation à la naissance transforme les conditions de l'accouchement.

 

 

 

 

31/10/2014

La voie lactée

Dixième lecture proposée par LLL

 

Tout comme le livre précédent (Pour une parentalité sans violence), celui-ci est du même auteur et s'inscrit dans la même trame: un petit condensé de tout ce qui touche à l'allaitement (comment faire pour que ça marche, manque de lait, mauvais lait, allaitement et reprise du travail, diversification alimentaire, allaitement à long terme, etc...).

 

A offrir à toute jeune maman qui désire allaiter (80 pages).

 

La voie lactée.JPG

 

Quelques passages qui m'ont plu:

 

Au cours du XXème siècle, la pasteurisation du lait, les progrès fait dans l'hygiène (eau potable, stérilisation des biberons) et dans la mise au point de substituts du lait maternel, ont pu faire croire, au moins dans les pays riches, que sein et biberon étaient équivalents, voire que le biberon était préférable dans la mesure où il permettait de doser exactement les quantités absorbées par l'enfant et où il bénéficiait d'une "qualité constante".

 

La raison principale des si nombreux échecs d'allaitement dans notre pays est simple: l'allaitement, comme beaucoup d'activités humaines, est un art d'imitation, qui nécessite d'avoir sous les yeux des modèles à imiter.  Or chez nous, la femme qui accouche de son premier bébé a très peu ou pas du tout vu de bébés au sein.  Pour un bébé allaité, elle aura vu cinquante bébés au biberon dans son entourage, dans les films, publicités, photos de magazine, affiches, etc...

 

... tout cela ne fait que refléter l'ignorance de tous (mères, pères, entourage familial, professionnels de la santé) de ce qu'est réellement la relation d'allaitement: une relation qui ne se mesure pas (pas de pesée ni de minutage de la tétée ni de l'intervalle entre les tétées), une relation qui n'est pas que nourriture, mais est aussi câlin, contact peau à peau, échange d'odeurs, de paroles, réassurance, portage, bercement, endormissement, etc...

 

Le travail des femmes n'est pas un phénomène nouveau.  De tout temps, les femmes ont accompli des tâches variées, mais en général au domicile ou non loin de la maison.  Le problème à commencé à se poser quand les femmes sont devenues massivement des travailleurs salariés dont le travail impliquait une absence prolongée de la maison.  Il est indéniable que le travail des femmes à l'extérieur a été un des facteurs de la désaffection pour l'allaitement maternel au cours du XXème siècle.

 

Les groupes de mères, tels les groupes LLL, trouvent toute leur place.  En effet, dans l'aide mère à mère, l'animatrice ne se présent pas comme l'expert, la "spécialiste" qui "sait" et dit ce qu'il faut faire.  Au contraire, tout en faisant bénéficier la mère de l'expérience accumulée de centaines de milliers d'autres mères, elle chercher à lui redonner, à elle et au père, le rôle d'experts en ce qui concerne leur propre enfant.

28/10/2014

Pour une parentalité sans violence

Neuvième lecture conseillée par LLL

 

Ce chouette petit (90 pages) bouquin, écrit par Claude-Suzanne Didijean-Jouveau, est à mettre entre toutes les mains des futurs parents!  

Sans entrer sans les détails, il aborde divers aspects du maternage (sommeil, doudous, pleurs, colères, portage, allaitement, propreté, etc...) et cite en fin d'ouvrage des références d'autres livres si on souhaite aller plus loin dans un domaine en particulier.

 

Une chouette lecture rapide!

 

Pour une parentalité sans violence.JPG