18/08/2014

L'art d'accommoder les bébés

Huitième lecture proposée par LLL

 

Ce livre est un résumé des divers conseils pratiques (allaitement, habillement, sucette, présence de la mère ou du père, etc...) depuis que des ouvrages ont été édités concernant le bébé et l'enfant.  Certaines sources dates du début du siècle.  Il est intéressant de voir comment les moeurs et conseils ont évolué (heureusement!).  Cela permet de relativiser certains modèles actuels.

 

 

L'art d'accommoder les bébés.JPG

 

 

 

11/08/2014

Le fermier et l'accoucheur

Voici un livre de Michel Odent, écrit en 2002, qui n'est plus édité et quasiment introuvable (merci internet et les ventes d'occasion!).

 

Au cours du XXème siècle, l'industrialisation de l'agriculture (insecticides, farines animales, etc...) et celle de la naissance (césarienne, services d'obstétriques, etc...) se sont développés parallèlement.

 

Au début du XXIème siècle sont apparues des catastrophes agricoles (vache folle, fièvre aphteuse, etc...) et une soudaine prise de conscience collective et mondiale.

 

L'histoire de la naissance, en revanche, n'a pas encore franchi les mêmes étapes.  A quelles sortes de catastrophes devons-nous nous attendre?  C'est ce à quoi Michel Odent tente de répondre.

 

Le fermier et l'accoucheur.JPG

 

Quelques passages qui m'ont plu:

 

Le respect de la physiologie implique que la mère, immédiatement après la naissance, n'ait rien d'autre à faire que de sentir le contact avec la peau de son bébé, que de croiser son regard et de sentir son odeur.

 

A l'ère de la naissance industrialisée, la mère n'a rien à faire.  Elle est une "patiente".

 

La femme qui accouche a besoin de se sentir en sécurité.  Partout dans le monde, les femmes ont souvent eu tendance à accoucher près de leur mère ou grand-mère.

 

 

28/07/2014

A propos du sevrage ... quand l'allaitement se termine

Septième ouvrage conseillé par LLL.

 

Ce livre est écrit par une monitrice de LLL, il décrit les multiples raisons qui font que l'allaitement se termine (sevrage naturel, médical, dû aux pressions sociales, etc...).  

Il relate de nombreuses expériences personnelles de mamans qui ont sevré leurs enfants de plusieurs manières différentes.  

Il décrit également les changements physiques et émotionnels que les mères ont vécus après le sevrage et aborde la nouvelle relation qu'elles ont avec leur enfant après le sevrage.

 

 

A propos du sevrage.JPG

 

 

Quelques passages intéressants:

Il est tentant de voir le sevrage comme la solution-miracle et infaillible à n'importe quel problème que vous et votre bébé pouvez rencontrer.

 

Des circonstances parfois incontrôlables et le fait que la vie est souvent loin d'être parfaite conduisent à beaucoup de sevrages qui ne sont pas très naturels.  Et, même si le sevrage naturel demeure un objectif valable pour vous en tant que mère, un autre type de sevrage n'est pas nécessairement synonyme d'échec et ne causera pas un tort irréparable à la relation que vous entretenez avec votre enfant.

 

Il n'y a pas de société parfaite, ni de modèle parfait.  Fiez-vous à votre enfant et écoutez votre propre coeur, c'est de loin la meilleure façon de déterminer ce qui est mieux pour vous deux.

 

Si une mère ne rencontre jamais de femmes qui allaitent des enfants plus longtemps, il y a peu de chances qu'elle envisage d'allaiter plus longtemps que les femmes qu'elle fréquente.

 

 

 

21/07/2014

C'est pour ton bien

Sixième ouvrage conseillé par LLL.

 

Dans ce livre, l'auteure explique comment, par l'irrespect et la violence, l'enfance est abîmée et comment l'ex-enfant devenu adulte se décharge de ce vécu douloureux enfoui dans l'inconscient ...  en reproduisant le même comportement sur ses propres enfants.

 

On y décrit et analyse l'enfance de 3 personnes: Christiane F. droguée et prostituée; d'Adolf Hitler que l'on découvre sous un jour tout à fait inattendu et d'un jeune homme infanticide allemand.

 

Ce livre est assez dur à lire car on y décrit une multitude (!) de mauvais traitements infligés aux enfants via ce que l'on appelle la "pédagogie noire".  Il faut avoir le coeur bien accroché pour lire certains passages.

 

Mais il donne surtout un explication - ce qui n'enlève rien à la cruauté des faits - aux agissements commis lors de la seconde guerre mondiale.

 

C'est pour ton bien.JPG

 

Quelques passages qui m'ont interpellée:

 

La plus grande cruauté que l'on inflige aux enfants réside dans le fait qu'on leur interdit d'exprimer leur colère ou leur souffrance, sous peine de risquer de perdre l'amour et l'affection de leurs parents.  Cette colère de la petite enfance s'accumule dans l'inconscient, et comme elle représente dans le fond un très sain potentiel d'énergie vitale, il faut que le sujet dépense une énergie égale pour le maintenir refoulé.

 

 

Cette absence de sensibilité aux souffrances que l'on a soi-même endurées dans son enfance fait que l'on reste aussi étonnamment sourd aux souffrances des autres enfants.  Si ce qui m'a été fait était nécessairement pour mon bien, ce traitement est à admettre comme faisant partie intégrante de la vie, et il n'y a pas lieu de le remettre en question.  Cette insensibilité prend sa source dans les mauvais traitements que le sujet a lui-même subis et dont le souvenir peut certes avoir été conservé, mais dont le contenu émotionnel, l'expérience profonde des coups et l'humiliation, a dû être dans la majorité des cas totalement refoulé.

 

Pour comprendre comment ce docteur (qui faisait des expériences à Auschwitz) a pu faire et supporter cela, il nous suffirait de savoir ce qui lui a été fait pendant son enfance.  Je suis sûre que l'on découvrirait là une horreur à peine compréhensible de l'extérieur, que lui-même considérerait en revanche comme la meilleure éducation possible et à laquelle il est intimement persuadé de "devoir beaucoup".

 

 

 

 

23/06/2014

Le problème avec l'allaitement

Cinquième lecture proposée par LLL.

 

Ce livre est un plaidoyer pour l'allaitement ... mais parfois un peu intégriste (j'aime quand on laisse le choix aux gens, pas quand on impose sa vision).

 

Personnellement, je n'ai pas appris grand chose (il faut dire que j'ai déjà tellement lu sur le sujet) mais il regorge d'études et d'arguments en faveur de l'allaitement.

 

Le problème avec l'allaitement.JPG

 

Quelques passages intéressants:

 

A quelques rares exceptions près, toutes les mères aiment leurs enfants et veulent ce qu'il y a de meilleur pour eux.  En ce qui concerne les comportements alimentaires, le "meilleur" est invariablement une valeur définie culturellement.

 

Le lait industriel, utilisé non comme mesure d'urgence mais comme alimentation de routine, finit par être perçu par l'ensemble de la société comme une façon tout à fait légitime (et normale) de nourrir les enfants.

 

 

 

02/06/2014

Les cinq dimensions de la sexualité féminine (recommandé par LLL)

Quatrième lecture recommandée par LLL.

 

14-05-21_1151.JPG

 

Le livre propose une vision originale de la sexualité des femmes dans sa globalité: cycles menstruels, grossesse, accouchement et allaitement.

Il a été écrit en 1980 ... mais j'ai eu l'impression qu'il avait été écrit dans les années 60 tant le discours est obtus, rigide et fait souvent référence à Dieu.  Hum hum, ça ne m'a pas trop convaincue...

Néanmoins, la fin de l'ouvrage est beaucoup plus accessible car l'auteur y relate la perte de ses 4 enfants bébés, les uns après les autres, suite à une malformation congénitale.  Là, elle se livre et le récit est très poignant.

 

Un passage concernant les sage-femmes (qui s'apparent plus aux doulas qu'aux sage-femmes actuelles): "Elle voit la femme comme un être humain, avec ses émotions et besoins spécifiques.  Lors de l'accouchement, elle prodigue encouragement, conseils et affection.  En fait, elle est à ce moment, une mère qui materne une future maman.  Elle sait, parce qu'elle est femme, qu'un bon mot, un sourire, une poignée de main sympathique sont pour la femme en travail aussi puissants pour l'accélérer qu'une injection d'ocytocine."

 

30/05/2014

Mère à la maison et heureuse! (Recommandé par LLL)

Troisième lecture suggérée par LLL.  L'ouvrage date de 1996 et est toujours d'actualité.

 

Ce livre est écrit un peu comme un "guide pratique" qui donne plein d'astuces et de conseils pour s'organiser en tant que maman à la maison: établir un budget, organisation des tâches ménagères, s'occuper de soi, etc....

 

 

14-05-21_1150.JPG

 

 

Quelques passages que j'ai particulièrement apprécié:

 

Si l'on peut anticiper de belles économies quand on quitte son emploi, il faut réaliser cependant que notre famille devra quand même vivre avec beaucoup moins d'argent.  Ne perdez pas de vue que des budgets amoindris exigent que l'on se serra la ceinture!  Comment?  Cela varie d'une famille à l'autre.  Pour certains, cela voudra dire vivre dans un quartier moins cossu, vendre une résidence secondaire, abandonner les virées de fin de semaine, fin des expéditions dans les restaurants étoilés.  Quand on vit en permanence à la maison, on doit soudain apprendre à éteindre les lumières inutiles, acheter des vêtements dans les magasins de seconde main, couper soi-même les cheveux de ses enfants, faire réparer sa voiture au lieu d'en acheter une neuve, etc...  Une série de petites économies qui finissent par faire une grosse différence à la fin du mois.

 

Dans le chapitre concernant "l'isolement":  Les jours où vous avez passé la moitié de votre temps à travaille comme une forcenée, quand vous vous sentez incomprise ou mal aimée, dites aux membres de votre famille ce dont vous avez réellement besoin d'entendre: "Waouw, comment arrives-tu à faire tout cela?" "Tu es la femme que j'admire le plus au monde" "Tu es la plus super des mamans" "Comment peux-tu être aussi belle après avoir passé ton temps à nettoyer?"  Les compliments que l'on sollicite ne sont peut-être pas aussi efficaces que ceux qu'on nous fait volontairement, mais c'est mieux que rien!

 

Si nous devenons esclave de notre conjoint, de nos enfants, et prenons soin de tous les amis qui frappent à notre porte, nous finirons épuisées et incapables d'être réellement utiles aux autres.  Par contre, si nous prenons du temps pour nous, la vie remplira à nouveau le vide, plus riche, plus vive encore qu'elle ne l'était auparavant.