05/06/2015

Chemise 6 ans

Une nouvelle chemise pour mon Lapinet qui grandit!

 

15-03-27_2008.JPG

 

15-03-27_2009.JPG

 

Tissus Stragier et patron Ottobre, comme ici

10:45 Écrit par Stef dans Couture | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/06/2015

L'amour scientifié

Vingtième lecture suggérée par LLL.

 

Un livre écrit par Michel Odent (LA référence en matière de naissance respectueuse).  A l'inverse de ce livre, ou de celui-ci, L'amour scientifié est difficilement accessible par une personne qui n'a pas de formation médicale (comme moi quoi).

 

Il traite de la capacité d'aimer mais surtout de ses aspects scientifiques.  Franchement, c'était trop complexe pour moi.

 

 

15-02-23_1996.JPG

 

Quelques passages qui m'ont plu:

 

L'ocytocine est l'hormone de l'amour.  Quelle que soit la facette de l'amour que l'on considère, l'ocytocine est impliquée.  Même lorsque nous partageons un repas avec d'autres convives, nous sécrétons de l'hormone de l'amour.  Partager un repas, c'est bien plus que se nourrir, c'est établir des liens avec ses compagnons.

 

La prolactine est l'hormone du maternage et les endorphines représentent notre système de récompense.  Chaque fois que nous autre, mammifères, faisons quelque chose qui est nécessaire à la survie de l'espèce, nous sommes récompensés par les sécrétions de substances proches de la morphine.  Il s'agit à la fois d'hormones du plaisir et d'hormones antidouleur.

 

Il y a de nos jours un besoin urgent de redécouvrir la raison d'être originelle de la sage-femme.  Les qualités traditionnellement requises méritent réflexion.  Les sages-femmes modernes typiques font de longues études et sont des expertes sélectionnées en fonction de connaissances hautement spécialisées; elles ont en fait peu de points communs avec celles qui étaient choisies pour la seule raison que les autres femmes de la communauté se sentaient en sécurité avec elles.  Le fait d'être une mère qui a accouché facilement représente un critère au moins aussi valable que bien d'autres pour évaluer la capacité de devenir sage-femme.

 

L'une des principales conclusions qui a émergé de notre effort de synthèse est que la capacité d'aimer est, dans une grande mesure, déterminée par des expériences précoces pendant la vie foetale et la période qui entoure la naissance.

29/05/2015

Housse chaise bébé

La housse classique était difficile à enlever pour la laver.  J'en ai cousu une pour place par-dessus la première, en toile cirée: un petit coup de serpillière et c'est propre!

 

Housse chaise bébé.JPG

 

Tissu Mondial Textile

10:44 Écrit par Stef dans Couture | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/05/2015

Nichoir

Pour les moineaux du jardin (qui ne l'ont pas trouvée à leur goût ce printemps...)

 

Nichoir.JPG

 

Raku émaillé

10:21 Écrit par Stef dans Poterie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/03/2015

Eloge des mères

Vingtième lecture suggérée par LLL.

 

Voici un très chouette livre qui incite à faire confiance à l'instinct maternel pour favoriser l'épanouissement de nos enfants.  Dans notre société, nous avons vraiment oublié de nous écouter intérieurement: on suit des études où on nous dit comment faire, quoi apprendre, etc... puis on travaille et souvent on répond aux attentes de son patron, sans se poser de questions.

 

Eloge des mères.JPG

 

 

Plusieurs passages qui m'ont plu:

 

Le sommeil de la jeune maman, qui était déjà devenu plus léger pendant sa grossesse, est maintenant entrecoupé de réveils fréquents.  Il restera léger pendant toutes les premières années de l'enfant pour redevenir plus profond ensuite.

 

Une comparaison a été faite entre les mères qui évitent tout contact étroit avec leur enfant en les poussant à être curieux et indépendants et des enfants élevés de manière traditionnelle, couvés longtemps par leurs mères.  Il apparaît que les premiers ont un comportement plus hésitant et asocial que les derniers.  L'affection encourage l'indépendance et l'autonomie, plus que la froideur.

 

Il faudrait cesser de prétendre qu'une mère qui prend plaisir à se consacrer à son enfant ses trois premières années est abusive et fusionnelle (en opposition avec la mère qui dépose son enfant à la crèche).  De même que celle qui a besoin de "respirations", de contacts extérieurs, n'est pas une mauvaise mère parce qu'elle a recours à la crèche.  Chaque mère a sa propre économie psychologique, il faut la respecter.

 

Est-ce que l'instinct paternel existe?  Il ne semble pas que l'on puisse véritablement parler d'instinct chez le père, mais plutôt d'un attachement qui se construit au fil des échanges avec l'enfant.  Le sentiment paternel est réfléchi, à l'inverse de l'instinct maternel.  Le rôle du père est de protéger la mère, de la valoriser en tant que mère et en tant que femme.  Pour l'enfant, le meilleur papa est celui qui aime et qui protège ... maman!

 

Etre mère au foyer aujourd'hui est un choix très difficile pour la plupart des jeunes femmes: elles ont reçu une éducation intellectuelle, elles ont pu constater au collège et au lycée qu'elles étaient les égales des garçons.  si dès qu'elles deviennent mères elles renoncent à travailler dehors, elles perdent leur indépendance financière et leur identité sociale.  On considère qu'une jeune mère au foyer "ne fait rien".  De plus, dans le monde occidental, contrairement à d'autres lieux et d'autres temps, les femmes ne vivent plus en collectivité.  Ne pas travailler, c'est être isolée et ne bénéficier d’aucune reconnaissance sociale.

 

La crèche collective: cette institution présente deux avantages majeurs aux yeux des parents: la fiabilité du personnel et la sociabilisation de l'enfant.  Pourtant, au moment de confier son bébé à ce monde bruyant, et quels que soient les efforts d'un personnel extraordinairement méritant, la mère pleure et devient moins certaine de l'effet socialisant de cet univers sur ses 6 kilos de vie...  Je me dis souvent, innocemment, que si l'être humain avait besoin de douze petits copains dès l'âge de trois mois, la nature nous aurait laissé faire, comme les petits chats, des portées de plusieurs bébés à la fois.

 

 

 

 

 

 

 

16/02/2015

Nos enfants sont-ils heureux à la crèche

Dix-neuvième lecture proposée par LLL.

 

Ce livre a été écrit par une dirigeante de crèche.  Elle y explique pourquoi la crèche convient bien à certains enfants ... et moins à d'autres.  Comment faire en sorte, avec les parents, que l'adaptation du bébé se fasse en douceur.  Une chouette lecture, qui rappelle également aux parents qu'ils ne doivent pas s'en remettre totalement à la crèche pour l'éducation de leurs enfants et "démissionner" de leur rôle de parents.

 

15-01-26_1920.JPG

 

Quelques passages qui m'ont plu:

 

La crèche est née d'une nécessité sociale: le travail des femmes.  Elle n'a pas été créée pour le besoin (de socialisation) des enfants mais pour celui de leurs parents.

 

Concernant les jeux: faites un tri!  Ne déversez pas trop de jouets à la fois, laissez les enfants aller jusqu'au bout de leurs possibilités d'exploration.  Un tapis d'éveil suffit, trois, c'est de la surconsommation.  Et le plus important, ce n'est pas de leur offrir un cadeau, encore faut-il que vous participiez au jeu!

 

Ce qui crée une difficulté supplémentaire à notre époque, c'est la réduction de la famille au couple.  La famille où cohabitaient plusieurs générations, grands-parents, oncles qui auraient pris le relais pour s'occuper de l'enfant n'existe plus.  Dans les civilisations plus traditionnelles où des voisines, des gens connus, peuvent remplacer les parents, la garde d'enfant ne se pose pas de cette façon si impérieuse.  Nos familles citadines doivent impérativement trouver un accueil pour leur enfant.

 

Les crèches sont devenues de merveilleux centres d'accueil et d'observation de l'enfant: rendre l'enfant unique dans un milieu collectif.  Cependant, elles ne doivent pas être considérées comme un milieu qui pallie l'absence parentale, mais comme un milieu d'appui qui remplit une fonction éducative.

09/02/2015

L'aube des sens

Vingtième lecture suggérée par LLL.

 

Ouille, c'est du lourd ça!  Ce livre a été co-écrit pas des médecins et une bonne partie est très technique ... donc incompréhensible pour moi.  Il traite des perceptions du nouveau-né (ouie, odorat, perceptions prénatales, etc...).

 

Par contre, j'y ai beaucoup apprécié le "contre point" apporté à la fin de chaque chapitre.  Il relativise la théorie appliquée énoncée précédemment et cite des exemples de coutumes du monde ou des mythes.  Ces passages sont très riches et m'ont beaucoup plu!

 

15-01-26_1919.JPG